Baromètre du mécénat d'entreprise

Les chiffres-clés 2016

Le baromètre du mécénat d’entreprise en France, publié tous les deux ans par Admical, annonce pour la première fois depuis 6 ans une montée significative des chiffres du mécénat. Les entreprises mécènes sont de plus en plus nombreuses (170 000 environ) et sont plus généreuses, puisque le budget alloué à leurs actions s’élève à présent à 3,5 milliards d’euros (+25%).

> télécharger l'étude complète

« La société vient de franchir un grand pas. L’investissement croissant des entreprises dans des initiatives d’intérêt général, malgré un contexte économique déprimé, montre qu’un vrai changement sociétal est en marche. De plus en plus de patrons sont conscients du potentiel d’innovation que le mécénat représente pour l’entreprise et ses salariés : l’entreprise de demain sera engagée ou ne sera pas. » déclare François Debiesse, président d’Admical.

Les entreprises font leur révolution solidaire 


Le taux de mécénat des entreprises à partir de 1 salarié progresse : les entreprises mécènes en France passent de 12 % (en 2014) à 14%. Parmi ces entreprises mécènes, on compte une large majorité de TPE (72%) et de PME (25%), mais les entreprises de plus de 250 salariés sont les plus engagées : près de la moitié d’entre elles (47%) sont désormais mécènes.

Le budget du mécénat progresse lui aussi et passe de 2,8 à 3,5 milliards d’euros, soit une augmentation de 25% en deux ans. Ce budget est porté par les ETI/GE qui représentent 60% du budget mécénat en France.

« Mécénat financier (77% des entreprises concernées), en nature (29%) ou en compétences (11%), lorsque l’entreprise met ses ressources, ses outils et son savoir-faire au profit de l’intérêt général, l’impact positif se ressent sur la société mais aussi sur l’entreprise elle-même,  en particulier lorsque les salariés sont impliqués dans le mécénat : développement de nouvelles compétences, fidélisation des collaborateurs… Le mécénat pousse également l’entreprise à exercer son métier de manière plus respectueuse de son écosystème… Autant de raisons qui font du mécénat un changement durable. », ajoute François Debiesse.

Les entreprises soutiennent tous les domaines mais la proximité reste un critère décisif


Comme en 2014, le social reste le domaine le plus soutenu avec 22% du budget qui lui est consacré et 29% des entreprises choisissant de s’y engager. Deuxième sur le podium, le budget consacré à la culture (choisi par 24% des entreprises mécènes) augmente et passe de 13 à 15% du budget total. En troisième place, on retrouve  l’éducation qui représente 14% du budget total alloué au mécénat. Le sport occupe toujours une place particulière : il est le domaine le plus prisé par les entreprises mécènes (48% d’entre elles, notamment les TPE) mais pour un budget plus modeste (12% du budget total du mécénat). Viennent ensuite les domaines de la santé, de l’environnement, de la solidarité internationale ou encore de la recherche.

« Le mécénat irrigue désormais tous les secteurs de l’intérêt général, ce qui est une preuve importante de sa maturité. Ce qui compte, pour l’entreprise, c’est avant tout de soutenir un projet local ou régional (81%) dans lequel elle pourra vraiment s’impliquer et apporter une aide qui fera la différence, analyse François Debiesse. Par exemple, les actions de la fondation Groupe ADP se concentrent sur les territoires d’Orly, de Roissy et du Bourget, là où connaitre le terrain social et économique fait vraiment la différence pour aider les projets ».

Le mécénat : une transformation durable de la société


Les perspectives annoncées par les entreprises sont très optimistes : 79% des mécènes pensent stabiliser ou augmenter leur budget mécénat. Le mécénat s’inscrit donc comme un changement durable qui correspond à un souhait formulé par la société civile. En effet, le baromètre mondial de la confiance[1] montre que plus de 80 % des consommateurs pensent qu’une entreprise peut être solidaire tout en poursuivant ses objectifs économiques, et plébiscitent celles qui démontrent leurs engagements. Les entreprises doivent également s’adapter aux souhaits des digitals natives, qui représenteront la moitié des actifs dans moins d’une dizaine d’années, et sont en recherche de sens dans leur vie professionnelle et d’engagement de la part de leur employeur.

« C’est pourquoi les entreprises mécènes structurent de plus en plus leurs actions, observe François Debiesse. La fondation SNCF, par exemple, est devenue récemment la fondation de toutes les entreprises du groupe et propose à chaque salarié de mener des actions auprès d’associations, afin que le mécénat irrigue véritablement la culture de toute l’entreprise. Des PME se rassemblent dans des clubs de mécènes comme Prisme, à Reims, pour dynamiser la création artistique locale et stimuler l’attractivité de leur territoire en offrant à l’espace public des œuvres originales. »

« Ces démarches exemplaires, auxquelles nous incitons les entreprises sur tout le territoire, prouvent que le mécénat est un levier majeur d’avancées vers une société harmonieuse, solidaire et équitable», conclut François Debiesse.

Culture et environnement : deux domaines plébiscités par les grandes entreprises et étudiés dans deux compléments d’enquête


Tout comme en 2014, deux enquêtes complémentaires ont été réalisées en partenariat avec les missions mécénat des ministères concernés : la première sur le mécénat culturel et la seconde sur le mécénat environnemental. Elles permettent de mieux identifier les profils et les motivations des entreprises qui soutiennent ces deux secteurs, et d’obtenir des informations plus précises sur la ventilation des budgets et des actions.

- Le mécénat culturel est en légère hausse, il attire 24% des entreprises mécènes et représente 15% du budget global du mécénat (soit environ 500 millions d’euros). Il est particulièrement prisé par les ETI/GE dont 70% soutiennent ce secteur. Parmi les actions du mécénat culturel, les entreprises favorisent largement les actions de relais et de soutien à la culture, notamment dans les secteurs de la préservation du patrimoine bâti et paysager, la musique et les musées.

- Le mécénat environnemental, est toujours impulsé et porté majoritairement par les ETI/GE qui en sont les précurseurs. Il compte pour 6% du budget mécénat, soit environ 200 millions d’euros. Les actions soutenues se situent à proximité des entreprises mécènes et portent majoritairement sur les questions de protection des espaces naturels et sur la sensibilisation des publics au développement durable. Ce mécénat se caractérise par un engagement de long terme des entreprises soucieuses de connaître l’impact de leur soutien.

 


[1]. Baromètre mondial de la confiance d’Edelman

 

 

 

 

 

Ce site est réalisé grâce au mécénat de